Confinement : je fais le tri dans mes placards !
2020-03-28

Confinement : je fais le tri dans mes placards !

Quitte à être coincé.e à la maison, autant en profiter pour faire un bon ménage de printemps dans ses armoires. On vous l’a sûrement conseillé, vous l’avez peut-être déjà fait…mais aviez-vous toutes les clés en mains ? Dans cet article, la rédac’ vous propose différentes manières d’envisager le tri de ses vêtements, en parlant matières, durabilité, don, recyclage. Ensuite, à vous de jouer ! 

Tout d’abord, on peut se pencher sur l’accumulation de vêtements. Pour donner un ordre d’idée, un rapport sur l’économie circulaire de la fondation Ellen McArthur en 2013 établit l’achat moyen mondial à 30 vêtements par an par personne…et au Royaume-Uni, la somme investie dans la mode cette année là est en moyenne de 1000 dollars par personne ! Maintenant que la surconsommation d’articles de mode n’est plus réfutable, comment peut-on trier son vestiaire de manière à ce qu’il soit durable ?  (Pour voir un autre article de The Alleah sur la consommation de vêtements : Slow Fashion Season Challenge : n’achetez plus de vêtements pendant 3 mois !)

Premier élément, qui n’est pas une surprise : les articles de fast fashion, de type Zara ou H&M (ou les plateformes de vente en ligne comme Shein) ne sont pas de bonne qualité, ne sont souvent pas bien coupés, en bref ne sont pas durables. Ce sont généralement des vêtements qui vont vite s’abîmer et boulocher après plusieurs ports. Mais cela ne signifie pas que ces vêtements ne sont pas réutilisables ou recyclables.

Deuxième élément, qui n’est pas encore consensuel : les fibres naturelles ne sont pas moins polluantes que les fibres artificielles…c’est même plutôt l’inverse ! Selon une étude scientifique menée par WRAP, là où la production d’une tonne de coton a un impact carbone de 28 tonnes de CO₂ et nécessite 3100 m₃ d’eau, une tonne de polyester a un impact carbone de 28 tonnes de CO₂ et demande uniquement 80 m₃ d’eau. Bien que le polyester ait également ses inconvénients, il consomme beaucoup moins d’eau que la culture du coton, résiste aux lavages et surtout est recyclable à l’infini. Avoir un dressing 100% composés de matières naturelles ne signifie donc pas nécessairement qu’il est plus écologique

Pour nettoyer son dressing et faire un tri responsable, on vous propose donc de garder les critères suivants : 

  • la qualité du vêtement, et notamment sa coupe
  • sa durabilité (matières, résistance à l’utilisation…en sachant que moins le vêtement est lavé en machine, plus il tient dans le temps)
  • la marque derrière le vêtement : est-ce que ce vêtement soutient une production locale ? Made In France ? Est-ce qu’il a été conçu à partir de fibres recyclées ? 

Enfin, après le tri vient la revente, et/ou le don. Les applications et plateformes de vente de seconde main étant très généralisées, nous avons choisi de vous proposer quelques adresses pour donner vos vêtements : 

  • Les différentes ressourceries reprennent les vêtements usés afin de les réutiliser, c’est-à-dire qu’une partie des dons va être revendue telle quelle, afin de financer l’activité de tri. À Paris, on trouve notamment La Petite Rockette ou La Textilerie, cette dernière étant spécialisée dans le textile et n’ayant donc pas le label de ressourcerie. Lorsque vous donnez vos vêtements à une ressourcerie, sachez qu’ils ne peuvent pas toujours être tous réutilisés selon leur état, et c’est à ce moment qu’intervient le recyclage. 
  •  Les vêtements qui ne peuvent pas être réutilisés car trop abîmés sont généralement donnés au Relais, seule entreprise de collecte à l’échelle nationale qui a notamment installé des bornes de dépôt. Ce peut être une solution intéressante pour les vêtements abîmés, mais les volumes traités sont tels qu’il est difficile d’avoir une réelle traçabilité de ce que deviennent nos vieux vêtements. On peut alors se tourner vers d’autres initiatives de recyclage, comme la microentreprise FabBRICK créée par une jeune architecte qui transforme les textiles usagés en briques utilisables par le secteur du bâtiment. 

Vous avez des recommandations de lecture pour vaincre la période de confinement ? N’hésitez pas à nous les partager en commentaires, mails ou sur nos réseaux sociaux ! 

Finalement, il peut être intéressant de penser le tri en termes de soutien aux initiatives et microentreprises de l’économie sociale et solidaire, de réemploi et de recyclage…Alors à vos armoires !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

1 × quatre =